Micheline Draye

Professeure des Universités
Tél. : + 33 (0)4 79 75 88 59
Mail : micheline.draye@univ-smb.fr 

ORCID : https://orcid.org/0000-0002-8216-0184

HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/search/index/?q=draye+micheline&submit=&sort=submittedDate_tdate+desc

ANCRAGE DISCIPLINAIRE : chimie verte / sonochimie / catalyse / chimie organique / valorisation de la biomasse / liquides ioniques / hydrométallurgie / radiochimie

EQUIPE MATIERE

Micheline Draye est Professeure des Universités en chimie au Laboratoire Environnements Dynamiques Territoires Montagnes (EDYTEM) de l’Université Savoie Mont Blanc (USMB). Ses travaux de recherche sont dédiés à l’utilisation des ultrasons pour la synthèse organique et l’extraction, la synthèse et l’utilisation de liquides ioniques, la synthèse organique verte et la catalyse, les liquides ioniques, la valorisation de la biomasse, les sciences et technologies pour la dépollution, l’archéométrie organique, l’étude de la dégradation des molécules organiques et la radiochimie. Elle a été Conseiller Expert auprès d’organisations industrielles telles que Duke COGEMA Stone & Webster notamment, en matière de recyclage et de gestion des déchets nucléaires. En 2002 elle a siégé  au comité du Conseil National de Recherches de l’Académie Nationale des Sciences Américaine (http://www.nas.edu). Elle est lauréate du prix 1991 de la Société Française de l’Energie Nucléaire (SFEN ESSONNE) et du titre 2017 de membre distingué de la Société Chimique de France (SCF). Elle a été pendant sept ans Maitresse de Conférences à Chimie ParisTech-PSL, où elle a mené ses recherches dans le groupe «Procédés de Séparation et Radiochimie» du Pr. Gérard Cote. Elle a travaillé pendant un an CNAM de Paris (Laboratoire des Pr. Jacques Foos et Alain Guy) dans le cadre d’un contrat avec le CEA. Puis elle a été deux ans chercheuse invitée au département de génie nucléaire du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le groupe du Pr. Kenneth Czerwinski après avoir obtenu son Doctorat en chimie de l’Université de Lyon dans le cadre d’un financement CIFRE avec la COGEMA et sous la Direction du Pr. Marc Lemaire.

THÈMES DE RECHERCHE

  • Chimie organique et développement durable – mise au point de voies de synthèse originales, basées sur les douze concepts de la chimie verte, pour la conception de molécules organiques, valorisées dans des procédés en rupture pour la dépollution de l’environnement et pour l’industrie.
  • Etude des mécanismes des réactions sous ultrasons – étude fondamentale de la propagation des ondes acoustiques dans les milieux non homogènes, de leur interaction avec la matière et de l’influence de paramètres tels que la viscosité ou l’hétérogénité des milieux traversés. 
  • Chimie et écosystèmes naturels –La nature fait preuve de grandes performances qui ne sont encore pas toutes totalement expliquées, mais elle nous donne des pistes incroyables pour la résolution de problèmes liés aux pressions anthropiques. S’inspirer de la nature et des écosystèmes naturels pour réparer ou résoudre ces problèmes est un challenge incontestable.
  • Chimie et objets du patrimoine Les oeuvres d’art et les objets du patrimoine renferment de nombreuses et précieuses informations sur les connaissances, les techniques et les pratiques des sociétés qui nous ont précédés. Aussi, la chimie peut être un outil précieux pour contribuer à percer les mystères du passé.
  • Valorisation de la biomasse – Qu’il s’agisse de biomasse végétale ou animale, sa valorisation répond aux enjeux de réduction de notre consommation de carbone fossile et des émissions de gaz à effet de serre du protocole de Kyoto. Plus globalement elle s’inscrit dans la démarche d’économie circulaire.

POINTS FORTS DES ACTIVITÉS DE RECHERCHE

  • Synthèse de liquides ioniques et leur valorisation pour le traitement de déchets – L’approvisionnement en métaux stratégiques conditionne le devenir des industries de pointe. La mise au point de nouvelles techniques de recyclage des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) représente une source d’approvisionnement potentiellement importante mais nécessite le développement de nouveaux systèmes de séparation et leur mise en œuvre dans des procédés performants. C’est dans ce contexte que nous avons élaboré un projet de recherche sur la synthèse de liquides ioniques pour la récupération et la pré-concentration de métaux (In, Pd, Au) et électrodéposition in-situ dans le liquide ionique. Financement région RA, subvention CNRS RDR2, ANR SILEXE.
  • Catalyse d’oxydation – Recherche de voies d’oxydation catalytiques plus respectueuse de l’Homme et de l’environnement. Financement région ARC, financement ED USMB.
  • Ultrasons et réactions de réduction – Rôle des ultrasons lors de la réduction de groupes nitro en amine par le mélange NaH2PO2/H3PO2 en présence de Pd/C et dans l’eau.
  • Valorisation de la lignineAvec le développement des bio-carburant, le volume de lignine disponible va croite de manière non négligeable ; il convient donc d’envisager des modes de valorisation de ce polymère naturel à fort potentiel. Ainsi, nous avons entrepris une étude de la dépolymérisation de la lignine par voie oxydante. Dans cette étude, nous avons mis en évidence une nouvelle combinaison catalyseur-oxydant permettant le clivage sélectif de liaisons C-O et C-C sur des modèles de lignines. Financement Région ARC.
  • Ecologie Chimique – La pyrale du buis (Cydalima Prrspectalis) est un papillon de nuit originaire d’Asie introduit accidentellement en Europe il y a une dizaine d’années. Pour éviter l’utilisation d’insecticides chimie, nous synthétisons des phéromones pour piéger ces ravageurs. Financements Université, fédération FREE et ED USMB.
  • Extraction végétale – Les plantes sont des réservoires à molécules dont certaines ont un potentiel thérapeutique ou anti-âge. Certains végétaux, considérés comme « de la mauvaise herbe » contiennent des molécules valorisables (Resvératrol, e-viniférine, etc.) ou constituent un déchet après leur utilisation pour la fabrication de produits de consommation. Ainsi, nous développons des procédés pour l’extraction des molécules valorisantes contenus des ces plantes pour leur utilisation en nutraceutiques par exemple. Financements ADEME, CSMB, Eco-Vivo, Région AURA, Trialp.
  • Archéométrie organique – Les substances organiques sont rarement identifiées sur les objets archéologiques communs alors qu’elles le sont couramment sur les œuvres d’art comme les peintures par exemple. Pourtant, l’analyse de résidus organiques est devenue une discipline reconnue en archéologie, et de plus en plus d’archéologues envisagent son utilisation parmi les nombreux outils scientifiques à leur disposition. Dans ce contexte nous avons pour objectif de développer des techniques fiables pour la récupération de ces résidus organiques complexes, leur conservation, puis la séparation et l’identification des molécules les constituant, tout comme celle des mécanismes pouvant en être à l’origine. Cette approche devrait conduire à de nouveaux éléments tangibles sur les utilisations des substances naturelles au cours de la Préhistoire et la diversité des substances exploitées à des fins tant culinaires, techniques que décoratives voire symboliques.

ACTIVITÉS D’ENSEIGNEMENT

Établissement : Université Savoie Mont Blanc UFR Sciences et Montagne (SceM)
Département de Chimie
Niveaux : Licence, Master, Doctorat de Chimie et de Sciences de la vie, Ingénieur

Cours : Chimie organique, Sonochimie, Chimie verte, Valorisation de la biomasse, Cycle du combustible électronucléaire.

PRODUCTION SCIENTIFIQUE

  • 64 articles dans revues de rang A
  • 12 actes publiés de conférences
  • 1 direction d’ouvrage scientifique et 10 chapitres d’ouvrages scientifiques
  • 8 brevets

Voir aussi dans «Pages personnelles»

Alexandre VANDEPONSEELE Alice Nikolli Ana Brancelj