Anne Barrioz

Docteure et agrégée de géographie

Equipe Sociétés

Thèmes Épistémologie, politiques, espaces de montagnes

Contact : anne.barrioz@ac-grenoble.fr


THESE

« S’installer et vivre dans les hautes vallées alpines. Des trajectoires de vie entre attractivité et capacité d’adaptation des territoires »

Préparée au sein du Laboratoire Edytem entre 2016 et 2019
Financée par le Conseil Savoie Mont Blanc, le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET), l’Agence EdF Savoie « Une rivière, une territoire » et la Communauté d’agglomération Arlysère
Soutenue le 3 juillet 2019 auprès du jury composé de :
– M. Philippe BOURDEAU, Professeur des Université, Université Grenoble-Alpes (examinateur)
– M. Pascal CHEVALIER, Professeur des Universités, Université Paul Valéry Montpellier 3 (Président)
– M. Rodolphe DODIER, Professeur des Universités, Université Aix-Marseille (rapporteur)
– Mme Nadine MORDANT, Commissaire à l’Aménagement, au Développementet à la Protection du Massif des Alpes (2013-2018)
– M. Frédéric RICHARD, Maître de Conférences HDR, Université de Limoges (examinateur)
– M. François TAULELLE, Professeur des Universités, Unstitut National Universitaire Champollion (rapporteur)
– M. Lionel LASLAZ, Maître de conférences HDR, Université Savoie Mont Blanc (co-directeur)
– M. Christophe GAUCHON, Professeur des Universités, Université Savoie Mont Blanc (co-directeur)

Résumé
L’objectif de cette thèse est de comprendre, par l’analyse des trajectoires résidentielles et des migrations vers des hautes vallées alpines françaises, l’attractivité de confins montagnards enclins à certaines formes d’isolement, voire de marginalité, et qui pourtant attirent des habitants. Entre aspirations collectives et représentations individuelles, les choix de vie questionnent les politiques publiques menées en faveur de l’accueil et du maintien des populations et interrogent le développement territorial et la recomposition de ces espaces sous influence touristique. Questionner le fait de s’installer dans un espace isolé pourrait constituer un paradoxe mais il est ici le centre de la réflexion qui s’appuie sur quatre hypothèses. La première concerne les migrations et notamment celles d’agrément qui semblent s’étendre à ce contexte d’espaces isolés de montagne encore peu étudié. Pour valider ou non cette hypothèse, il s’agit de comprendre les trajectoires et les choix de vie de ces habitants, mais aussi les spécificités qui rendent les vallées attractives, ou finalement répulsives, pour certains. La deuxième hypothèse repose sur la place du cadre et de la qualité de vie comme éléments moteurs de l’installation. Les modes de vie actuels et les évolutions récentes de la société (mobilité, place de l’emploi, structures familiales et individualisme, etc.) permettent d’apporter de nouveaux éléments de réflexion, comme le rapport sensible à l’espace. La troisième hypothèse questionne l’existence d’un gradient d’attractivité des hautes vallées, influencées par une conjonction de dynamiques politiques et économiques multiples qui favoriseraient l’attractivité et la pérennité. Au gré de la prise en compte des difficultés démographiques et économiques locales, les terrains sélectionnés ne sont pas nécessairement comparés mais intégrés à la réflexion dans le but de dégager les spécificités, les réussites et les fragilités de chacun. La quatrième hypothèse interroge ces territoires au regard de l’influence touristique. Bien que les hautes vallées alpines sélectionnées soient plus ou moins à la marge des grands flux touristiques, l’évolution de cette économie sur laquelle elles reposent de plus en plus a dû être intégrée à la réflexion. De nouvelles formes de résidentialité tendent à se développer, ce qui amène à confronter les enjeux du tourisme et de la vie à l’année (usages de l’espace, économie, logement, accès aux services, etc.). Cette thèse s’appuie sur un travail principalement empirique. Huit terrains d’étude ont été sélectionnés en fonction de critères précis comme le temps d’accès aux services d’usage de la vie courante. Cinq vallées ont fait l’objet d’enquêtes auprès d’un panel large d’acteurs, incluant les habitants : Haut-Giffre (Haute-Savoie), Beaufortain, Haute-Maurienne (Savoie), Queyras (Hautes-Alpes) et Haute- Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence). Trois autres vallées ont permis de compléter la réflexion consacrée aux politiques publiques : Valbonnais (Isère), Valgaudemar (Hautes-Alpes) et Haute-Tinée (Alpes-Maritimes).
Les résultats de cette thèse permettent de comprendre les dynamiques résidentielles des hautes vallées alpines en considérant l’espace montagnard comme un facteur à part entière dans le processus d’installation, que ce soit en termes de motivations comme de contraintes. Il ressort néanmoins que la marginalité et l’attractivité de ces confins, tout comme la pérennité des installations, se distinguent selon une série d’éléments qui peuvent largement différer selon les vallées (accès aux services publics, de santé, aux commerces, au logement, au marché de l’emploi, mobilités, vie locale et intégration, etc.). Ainsi, l’enjeu du maintien de la population pour ces territoires dépend également de la capacité d’adaptation des acteurs (habitants, acteurs politiques, associatifs) à dynamiser ces espaces de vie à l’année.

Mots-clés : marginalité, attractivité, pérennité, Alpes, hautes vallées, trajectoires de vie, récit de vie, politiques publiques, capacité d’adaptation

Abstract
The purpose of this thesis is to understand the attractiveness of mountainous areas which have
certain forms of isolation, even marginality that ot represents and which attract inhabitants. The analysis of residential trajectories and migrations towards in the high French Alpine valleys makes possible to approch the life choices. Between collective aspirations and individual representations, it interrogates the importance of public policies in favor of the reception and the support of populations. The territorial development and the recomposition of these spaces under the influence of tourism is also included in the reflection. To question the fact of settling in an isolated space could constitute a paradox but it is the center of the research which leans on four hypotheses. The first one considers migrations and especially the amenity migrations which seem to extend on this context still not much studied. To validate or not this hypothesis, the idea leans on the trajectories, the choices of inhabitants and on the specificities that make the valleys attractive, or finally repulsive, for someone. The second hypothesis is based on the importance of quality’s life as driving elements of the move. Current lifestyles and recent social developments (mobility, place of employment, family structures and individualism, etc.) allow us to bring new elements of reflection, such as the sensitive relationship to space. The third hypothesis is about the existence of a gradient of attractiveness from the high valleys, influenced by a conjunction of multiple political and economic dynamics that would favor durability. Integrating the demographic and economic difficulties, the selected territories are not necessarily compared. They are understood with their specificities, successes and fragilities. Finally, the fourth hypothesis take in consideration the territories influenced by the tourist economy. The high alpine valleys were selected because they are at the margins of major tourist flows. However, the evolution of the economy, on which they are more and more relied, has had to be integrated into the reflection. New forms of residentialness tend to develop, which brings to confront the challenges of tourism and year’s life in mountain valleys.
This thesis is based on a mainly empirical work. Eight study areas were selected according to specific criteria such as the access time to the services. Five valleys were surveyed by a wide panel of operators, including the inhabitants : Haut-Giffre (Haute-Savoie), Beaufortain, Haute-Maurienne (Savoie), Queyras (Hautes-Alpes) et Haute-Ubaye (Alpes-de-Haute-Provence). Three other valleys have completed the reflection on public policies : Valbonnais (Isère), Valgaudemar (Hautes-Alpes) and Haute-Tinée (Alpes-Maritimes).
The results of this thesis give all the elements to undestand the residential dynamics of the high Alpine valleys and the impact it has. This research considers the mountain space as a factor influenced the move process, both in terms of motivations and constraints. Nevertheless, the marginality and the attractiveness of these spaces are distinguished according to a series of elements that can differ widely according to the valleys (access to public services, health, shops, accomodations, employment market, mobility, local life and integration, etc.). In this way, the issues of maintening the population for these territories also depends on the adaptability of the operators (inhabitants, elected members, associations) to galvanize these spaces of life.

Key-words : marginality, attractiveness, durability, Alps, high valley, life’s trajectory, story’s life, public policies, adaptation’s capacity


PUBLICATIONS

Publié
Barrioz A et Blondin S. (2019), « Filmer la montagne et l’isolement. Les dimensions matérielles et sensibles de l’attachement au territoire et de l’accessibilité », Revue Française des Méthodes Visuelles [en ligne], n°3. URL : https://rfmv.fr/numeros/3/articles/2-l-audiovisuel-en-contexte-de-montagne-et-disolement/

Acceptés
Barrioz A. (à paraître), S’installer et vivre dans les hautes vallées alpines. Des trajectoires de vie entre attractivité et capacité d’adaptation des territoires, Presses Universitaires de Grenoble, Labex ITTEM et UGA Editions, Coll. « Montagne et Innovation »
Barrioz A. (à paraître), « L’attractivité des hautes vallées alpines, un révélateur d’une gentrification rurale sous influence touristique ? », Chapitre d’un ouvrage consacré à la gentrification rurale, dirigé par J. Dellier, F. Richard, G. Tommasi, Presses Universitaires de Rennes
Barrioz A. (2020), « Construire sa place en haute vallée alpine française : vivre dans des confins », Territoires en mouvement, numéro intitulé « Habitants. Construire sa place ici et ailleurs », dirigé par M. Chabrol, A. Hémond et P.-J. Olagnier.
Barrioz A. (2020), « La réinvention des confins alpins gentrifiés. L’exemple de l’accès au logement en contexte rural et touristique », Via tourism, numéro dirigé par M. Langenbach, C. Clivaz et H. François.

Soumis
Martin C., Barrioz A., Forget M., Peyrache-Gadeau V. (2019), « La gouvernance du déploiement des bornes de recharge : nouveaux enjeux de la mobilité électrique», Espaces et Sociétés, numéro intitulé « Les nouveaux territoires de l’énergie », coordonné par J. Dubois et L. Kébir.


COMMUNICATIONS

Colloques internationaux
Barrioz A. (2018), « L’attractivité des hautes vallées alpines, révélatrice d’une gentrification rurale sous influence touristique ? », Colloque « Une approche française de la gentrification rurale ? Pour un état des lieux épistémologique et empirique », Limoges, 22 novembre 2018, captation vidéo
Barrioz A. (2018), « Les dynamiques migratoires au défi d’installations pérennes : le cas de hautes vallées alpines françaises sous influence touristique », Colloque « Ré-invention des territoires touristiques : entre attentes des consommateurs, adaptation de l’offre et nouvelles formes de résidentialité », Sion (Suisse), 14 septembre 2018
Barrioz A. (2018), « Comprendre les trajectoires spatiales des habitants des hautes vallées alpines par la vidéo », Colloque de géographie « Le film dans la pratique de la géographie », Bordeaux, 28 mars 2018
Barrioz A. (2017), « S’installer et vivre dans les hautes vallées alpines. Trajectoires individuelles, adaptation et dépassement de la marginalité », 54e colloque de l’ASRDLF – 15th conférence ESRA-GR, Athènes (Grèce), 7 juillet 2017

Séminaires
Barrioz A et Blondin S. (2018), « Filmer en contexte doctoral », Séminaire du groupe Trajectoires politiques en montagne, Laboratoire EDYTEM, 11 octobre 2017
Barrioz A. et Meynet C. (2017), « La participation à la démocratie locale, regards croisés entre hautes vallées et Avant-pays savoyard », Séminaire du groupe Trajectoires politiques en montagne, Laboratoire EDYTEM, 15 novembre 2017

Ateliers de recherche
Barrioz A. (2018), « Filmer pour sa thèse », Atelier-vidéo, Laboratoire PACTE, 20 juin 2018


AUTRES PRODUCTIONS SCIENTIFIQUES

Film de thèse
Barrioz A. (2019), « S’installer et vivre dans les hautes vallées alpines », 23 minutes. URL : https://video.ploud.fr/videos/watch/8c1a9086-2593-483f-bb36-e46d627af79e


ENSEIGNEMENT

Cours magistraux
– 2017 et 2018 (1h) « L’attractivité des hautes vallées, révélatrice d’une gentrication sous influence touristique? », M2 TMT, département de géographie, Université Savoie Mont Blanc
– 2017 et 2018 (2h) « Les hautes vallées : exemple d’une démarche scientique à travers les Alpes », M1 Géographie et Montagnes, département de géographie, Université Savoie Mont Blanc
– 2016 (2h) « Les hautes vallées au prisme des bouts du monde », département de géographie, M1 Géographies et Montagnes, Université Savoie Mont Blanc

Travaux dirigés
– 2016 et 2017 (60h par an) « Méthodologie du travail universitaire en géographie », département de géographie, Université Savoie Mont Blanc

Préparation aux concours de l’enseignement
– 2017 et 2018 : Colles pour la préparation à l’agrégation externe de géographie, département de géographie, Université Savoie Mont Blanc
– 2017 : Colles pour la préparation le CAPES externe d’histoire-géographie,
département de géographie, Université Savoie Mont Blanc

Encadrement de mémoires de Master 1
– 2018-2019 : Co-encadrement avec L. Laslaz du mémoire de Mickaëlle Rastout « L’accès aux services dans trois bouts du monde des Alpes françaises », département de géographie, Université Savoie Mont Blanc
– 2017-2018 : Co-encadrement avec C. Meynet du mémoire d’Ophélie Colin « Vivre en région transfrontalière. Le cas du massif du Jura », département de géographie, Université Savoie Mont Blanc

Membre d’un jury
– 2020 : membre du jury du concours B/L de l’ENS Ulm (épreuve d’admissibilité-admission)


AUTRES ACTIVITES

– 11 octobre 2018 – Organisation d’un séminaire « l’utilisation de la vidéo en contexte doctoral » – thème trajectoire politique en montagne, Laboratoire EDYTEM


RESPONSABILITES ADMINISTRATIVES ET COLLECTIVES

– 2017-2019 – Représentante des doctorants au sein du Conseil d’Unité d’Edytem

Voir aussi dans «Pages personnelles»

Alexandre VANDEPONSEELE Alice Nikolli Ana Brancelj